Joséphine Bouvelle, photographe

Joséphine Bouvelle (1872-1932) est l’épouse de Ferdinand Drion du Chapois (1871-1926). Joséphine est décédée à Aye au château d’Hassonville au sud de Marche-en-Famenne. Lors de la succession d’une des quatre sœurs Drion, des plaques de verre ont été, malheureusement partagées entre 19 neveux et nièces.

J’ai eu la chance de pouvoir les scanner en haute définition avant la dispersion définitive de cette incroyable collection de plaques de verre qui a réussit à traverser les ans sans dommage. La plus grande catastrophe étant la dispersion de cette collection, qui est un véritable témoignage du temps jadis. Ce n’est pas faute d’avoir intercédé auprès de ma mère pour essayer de convaincre les 18 autres ayants-droits, mais rien n’y fit.

Continuer la lecture de Joséphine Bouvelle, photographe

Merci pour ce roman !

Il est temps de parler de Bernard qui a une belle plume entre ses mains. L’on sait déjà qu’il a écrit l’un ou l’autre roman mais surtout des pièces de théâtre. La dernière en date qui est annoncée pour les 25 au 29 avril 2017 est intitulée « Merci pour ce roman !« . Cette pièce se joue au Centre Communautaire Joli-Bois à Woluwe-Saint-Pierre. Plus d’infos en cliquant ici. Et si vous voulez sa vidéo de présentation, clique ici.

Je voulais connaître la bibliographie de Bernard en tapant sur wikipedia. Rien. Il n’est pas encore dedans. Il est temps que quelqu’un le décrivent sur cette encyclopédie universelle !

En 2016, il a consacré du temps à la rédaction d’un scénario pour la BD Alix. Il a écrit sous le pseudo de son grand-père, François Drion, Pierre Valmour. C’ets d’ailleurs quand on a parlé de cette production que l’on peut, sur un site Internet découvrir un peu plus Bernard, en cliquant ici. (Site du Collège Saint-Michel)

Géry

Banane 82

Lors de la dernière rencontre familiale, il y a quelques jours, je discute avec Bernard Drion de sa première pièce de théâtre co-écrite avec Ferdinand de Broqueville en 1982 (1). Il n’a plus du tout d’archives concernant ce haut fait d’écriture.

Le lendemain, en déplaçant une pile d’archives, je tombe, littéralement, sur le programme de cette pièce de théâtre dont les acteurs étaient les louveteaux de la meute Saint-François de la 13e unité (Lones). Cette pièce de théâtre a, selon les souvenirs des uns et des autres, permis à plus de 1200 spectateurs de s’esclaffer autour du thème de « La machine à remonter le temps ».

Les bénéfices de cette pièces de théâtre ont été versé à la toute jeune association ASMAE (créée en octobre 1981) dont certains membres du staff de la meute étaient déjà membres comme Ferdinand.

Les souvenirs sont nombreux tant de la préparation, de l’exécution et de la fin de ce très beau spectacle qui s’est déroulé à Saint-Stanislas durant 3 séances. Le programme (en pdf) que l’on peut voir ci-dessous donne une toute petite idée de cet événement. On cherche encore le texte original qui peut-être se trouve dans une cachette de l’ancienne maison de Ferdinand. Qui sait on va peut-être retrouver ce petit trésor un de ces quatre !

Géry de Broqueville

(1) Depuis lors, Bernard écrit des romans et des pièces de théâtre. Nous aurons l’occasion d’en reparler bientôt.